Laos : le leader du Mouvement du 26 octobre toujours en détention - Laos : the leader of the Movement of 26 October still in detention!!
09.05.2007 - 14:53:54

Mouvement Lao pour les Droits de l'Homme (MLDH)
Lao Movement for Human Rights (LMHR)
BP 123 - 77206 Torcy Cedex, France - Téléphone/Fax : 33 (0) 1 60 06 57 06
e-mail : mldh@mldh-lao.org



En français et en anglais

In French and in English




Communiqué de presse
Paris,09 Mai 2007

LAOS : Le leader du "Mouvement du 26 Octobre" Toujours en détention !!

Le responsable du Mouvement étudiant du «26 0ctobre 1999», M. Thongpaseuth KEUAKOUN, est toujours détenu dans une prison du Laos, contrairement aux affirmations des dirigeants de la République Démocratique Populaire Lao ( RDPL), selon des informations fiables parvenues ce jour au Mouvement Lao pour les Droits de l’Homme (MLDH).

Le 20 mars à Vientiane, interrogé par des parlementaires européens lors d’une rencontre officielle, le président de l’Assemblée nationale laotienne M. Thongsing THAMMAVONG avait pourtant assuré que ces leaders étudiants «avaient été libérés fin 2006, mais qu’aucune annonce publique n’avait été faite ».

Selon le compte-rendu de la visite publié début mai 2007 par le Parlement Européen, M. Thongsing avait fait cette déclaration, en réponse à M. Hartmut NASSAUER, président de la Délégation parlementaire européenne chargée des relations avec les pays de l’ASEAN. M. NASSAUER l’interrogeait sur le sort des leaders étudiants du « Mouvement du 26 Octobre », dont on est sans nouvelles depuis leur arrestation en 1999, suite à une tentative de marche pacifique à Vientiane pour dénoncer les dérives du régimes et réclamer des élections libres.

Le MLDH condamne avec la plus grande fermeté l’attitude des dirigeants du Parti unique qui ont tenté une fois encore de masquer la vérité sur le sort de ces combattants de la liberté et de tromper la communauté internationale sur la situation réelle des droits de l’Homme au Laos.

Cette nouvelle manœuvre démontre le cynisme et le mépris des dirigeants Lao à l’égard de la démocratie et des droits fondamentaux du peuple laotien. Elle démontre aussi que les dirigeants du Parti unique ne reculent devant rien pour amadouer les donateurs et soutirer ainsi des aides internationales, dont ils sont les premiers, et souvent les seuls, bénéficiaires.

Le dossier des 21 adolescentes Lao-Hmongs --disparues depuis leur expulsion de la Thaïlande vers le Laos fin 2005 et dont les autorités de la RDPL affirmaient soudainement avoir «retrouvé les traces» peu avant la visite des eurodéputés-- a aussi servi d’argument aux dirigeants du régime pour tenter de rassurer la délégation européenne.

Mais, aussitôt les parlementaires européens partis, le ton a changé : il n’est plus question de permettre aux 21 adolescentes de rejoindre leurs parents en Thaïlande, mais de contraindre les parents à retourner vivre au Laos auprès de leurs enfants… Encore une fois, tout a été fait pour empêcher ces adolescentes de parler de leurs longs mois de captivité au Laos, et surtout du sort des cinq garçons du groupe dont on est sans nouvelles depuis 2005. Selon les informations parvenues au Mldh, ils auraient été emprisonnés dès le début de 2006, puis envoyés dans une prison au nord du pays.

Devant cette attitude inacceptable et indigne, le MLDH appelle le Parlement Européen à accentuer sa pression sur les dirigeants de la RDPL en vue d’obtenir des éclaircissements tant sur les dossiers de Thongpraseuth KHEUAKOUN et des adolescents Lao-Hmongs, que sur la répression contre les minorités ethniques et religieuses en cours au Laos.

Le MLDH appelle le Parlement Européen, et notamment les 62 eurodéputés signataires de la pétition à l’occasion du 7è anniversaire du «Mouvement du 26 octobre», à engager des démarches appropriées pour que la Résolution sur la situation des droits de l’Homme au Laos, adoptée à l’unanimité le 1er décembre 2005, soit pleinement mise en application.

Cette résolution demande notamment la libération de tous les détenus d’opinion et de conscience, l’arrêt de la répression contre les minorités ethniques et religieuses, la reconnaissance des droits de l’opposition politique, ainsi que des élections multipartites sous contrôle international, en vue de mettre fin au régime de Parti unique, dont les leaders de la RDPL ont encore vanté la «stabilité» et les «bienfaits» devant la délégation européenne.

Le Mouvement Lao pour les Droits de l'Homme appelle enfin l'ensemble des donateurs --en particulier l'Union Européenne et ses Etats membres, les Nations Unies, les Etats-Unis, le Japon, l'Australie, l'ASEAN et les Institutions financières internationales-- à reconsidérer leurs relations avec la RDPL et à accentuer leur pression sur ce régime totalitaire afin qu'il entame des réformes en profondeur en vue de restaurer la liberté, la démocratie et la réconciliation nationale au Laos.

-------ooOoo-------

«Le Mouvement du 26 Octobre» : Les faits

Le 26 octobre 1999 à Vientiane, Thongpaseuth KEUAKOUN, Seng-Aloun PHENGPHANH, Bouavanh CHANMANIVONG, et KEOCHAY, ainsi que d'autres jeunes démocrates laotiens ont appelé à une marche pacifique d'étudiants, d'enseignants et de citoyens pour réclamer des réformes démocratiques et le respect de la liberté et des droits de l'Homme au Laos. Ce rassemblement de contestation, la première sous le régime communiste depuis 1975, a été réprimé dès son lancement et plus d'une centaine de participants ont été arrêtés.

Depuis, peu de nouvelles ont filtré sur le sort des cinq dirigeants étudiants, mis à part l'annonce du décès en prison de l'un d'entre eux Khamphouvieng SISA-AT, dont la mort en 2001 due aux privations et aux mauvais traitements n'a été connue qu'en 2004, grâce aux témoignages d'un ancien détenu.

Le 26 Octobre 2001, cinq militants du Parti Radical Transnationale parmi lesquels le député européen Olivier DUPUIS- ont organisé une manifestation pacifique à Vientiane pour marquer le 2ème anniversaire du "Mouvement du 26 Octobre", qui est devenu le symbole de lutte pour les démocrates laotiens à l'intérieur et à l'extérieur du pays.

Personne n'a pu rendre visite aux leaders de ce "Mouvement du 26 octobre". Quant au gouvernement Lao, il garde un silence embarrassé, refuse de répondre aux questions des différents gouvernements occidentaux, donnant des informations contradictoires et inexactes. Le 26 octobre 2006, plus de 60 députés européens, de gauche comme de droite, ont écrit aux dirigeants du régime pour demander la libération des quatre leaders encore en vie.





************************************************************************************************************************************************



Mouvement Lao pour les Droits de l'Homme (MLDH)
Lao Movement for Human Rights (LMHR)
BP 123 - 77206 Torcy Cedex, France - Téléphone/Fax : 33 (0) 1 60 06 57 06
e-mail : mldh@mldh-lao.org





Press release Paris, 9 May 2007





LAOS : The leader of the "Movement of October 26" Still in detention !!



The leader of the student Movement of "26 0ctobre 1999", Mr. Thongpaseuth KEUAKOUN, is still held in a prison of Laos, according to reliable informations received this day by the Lao Movement for Human Rights ( LMHR), contrary to the affirmations given by the authorities of the Lao régime.



On March 20th, 2007, in Vientiane, when questioned by European Members of Parliament during an official meeting, the president of the National Assembly, Mr. Thongsing THAMMAVONG, had assured that these student leaders "were released at the end of 2006, but that no public announcement had been made".



According to the report of the visit published at the beginning of May 2007 by the European Parliament, Mr. Thongsing had made this statement, in answer to Mr. Hartmut NASSAUER, president of the Delegation for relations with the countries of Southeast Asia and the Association of Southeast Asian Nations (ASEAN). Mr. NASSAUER questioned Mr Thongsing THAMMAVONG on the fate of the leaders of the "Movement of October 26". No news of them have been given since their arrest in 1999, after an attempt for a peaceful march in Vientiane to denounce injustice of the régime and to claim for free elections.



The LMHR firmly condemns the attitude of the single-Party leaders who tried, once again, to conceal the truth on the fate of these freedom defenders and to mislead the international community on the real human rights situation in Laos.



This new manoeuvre shows the cynicism and the disdain the Lao People Democratic Republic

(LPDR) leaders hold regarding democracy and basic human rights of the Lao people. It also illustrates that the single-Party leaders would do anything to lure the donor countries and to grab the international assistances of which they are the first, and often the only ones, to benefit.



Concerning the case of the 21 Lao-Hmongs teenagers, disappeared since their expulsion from Thailand to Laos at the end of 2005, the LPDR authorities suddenly claimed "to have found their whereabout" shortly before the visit of the members of the European Parliament and used this argument to reassure and convince the European delegation.



But, once the Members of the European Parliament gone, it was no more question that the 21 Lao-Hmongs teenagers would join their parents in Thailand, but the objective is now to force the parents to to go back to Laos to be near their children... Once again, everything was done to prevent these teenagers from speaking about their long months of captivity in Laos, and especially of the fate of the five boys of the group. According to informations received by the LMHR, these boys would have been imprisoned since the beginning of 2006, then sent to a prison in the North of Laos.



Facing this unacceptable attitude, the LMHR invites the European Parliament to accentuate its pressure on the LPDR leaders in order to obtain the truth on the case of Thongpraseuth KHEUAKOUN as well as of the Lao-Hmongs teenagers, and on the repression against the ethnic and religious minorities still occuring in Laos.



The LMHR calls on the European Parliament, and in particular the 62 signatories of the petition on the 7th birthday of the "Movement of October 26", to engage appropriate process so that the Resolution on the human rights situation in Laos, adopted unanimously on December 1, 2005, is fully applied.



This resolution asks for the release of all prisoners of opinion and conscience, the end of repression against the ethnic and religious minorities, the acknowlegment of the political opposition rights, as well as multi-party elections under international control, in order to depart with the single- Party régime, a system which the LPDR leaders still praised its "stability" and the "advantage" to the European delegation.



The Lao Movement for Humans Right calls on the donors – especially the European Union and its Member States, the United Nations, the United States, Japan, Australia, the ASEAN and the international financial Institutions -- to reconsider their relations with the LPDR and to accentuate their pressure on this totalitarian régime so that it proceeds changes in depth in order to establish freedom, democracy and national reconciliation in Laos.



-------ooOoo-------



"The Movement of October 26": The facts



On October 26, 1999 in Vientiane, Thongpaseuth KEUAKOUN, Seng-Aloun PHENGPHANH,

Bouavanh CHANMANIVONG, and KEOCHAY, and other young Lao democrats called for a peaceful march among students, teachers and citizens to claim democratic reforms, respect of freedom and humans right in Laos. This gathering of protest, the first under the communist régime since 1975, was repressed when it started and more than one hundred of participants were arrested.



Since, few news filtered on the fate of the five leaders, except the information on the death in prison of one of them, Khamphouvieng SISA-AT, whose death in 2001 due to deprivation and mistreatments, was known only in 2004, thanks to testimonys of a former prisoner.



On October 26th , 2001, five militants of the Transnational Radical Party -among which the member of the European Parliament, Olivier DUPUIS- organized a peaceful demonstration in Vientiane to mark the 2nd birthday of the "Movement of October 26", which became the symbol of struggle for democracy for the Lao democrats inside and outside the country.



The leaders of this "Movement of October 26", in jail since October 1999, have never been visited.

As for the Lao government, it maintains an embarrassed silence, refuses to answer questions from the various Western governments, giving contradictory and inaccurate informations. October 26, 2006, more than 60 European deputies, from left and right wings, wrote to the LPDR leaders to ask for the release of the four leaders still alive.