Laos - Renvoi forcé de réfugiés Lao-Hmongs: deux eurodéputés demandent à la Commission Européenne d'agir d'urgence!!
14.06.2007 - 00:56:37

----- Original Message -----
From: Mouvement Lao pour les Droits de l'Homme
Sent: Tuesday, June 12, 2007 11:59 PM
Subject: Laos - Renvoi forcé de réfugiés Lao-Hmongs: deux eurodéputés demandent à la Commission Européenne d'agir d'urgence


Mouvement Lao pour les Droits de l'Homme ( MLDH)
Lao Movement for Human Rights ( LMHR)
BP 123 - 77206 Torcy Cedex, France - Téléphone/Fax : 33 (0) 1 60 06 57 06
mldh@mldh-lao.org - http://www.mldh-lao.org/

Communiqué de Presse 13 juin 2007



Renvoi forcé de réfugiés Lao-Hmongs:

Deux Eurodéputés demandent à la Commission Européenne d'agir d'urgence



Deux députés européens -- Marco PANNELLA et Marco CAPPATO, membres du Parti Radical Transnational -- ont interpellé la Commission de Bruxelles pour attirer l'attention de l'Instance exécutive de l'Union Européenne sur "le renvoi de force vers le Laos de civils Lao-Hmongs, alors qu'ils avaient fui le régime dictatorial de la République démocratique Lao (RDPL)".

Dans leur question écrite, transmise au Mouvement Lao pour les Droits de l'Homme (MLDH) ce mercredi 13 juin 2007, les deux députés demandent si la Commission "ne voit pas dans la déportation organisée par les autorités thaïlandaises une violation inacceptable des libertés personnelles et de l'État de droit (...) dans le cadre des rapports bilatéraux et multilatéraux entre l'UE et la Thaïlande" et si elle n'entend pas "demander d'urgence aux autorités laotiennes de faire la lumière sur le sort réservé" à ces civils Lao-Hmongs, "afin que les organisations humanitaires compétentes, y compris les ONG indépendantes, puissent vérifier leur état de santé et leur garantir le respect des droits fondamentaux".

MM. PANNELLA et CAPPATO demandent aussi à la Commission "si elle ne considère pas que les violations des droits de l'Homme commises par les autorités laotiennes à l'encontre de l'ethnie hmong constituent une violation évidente des droits fondamentaux exigeant l'ouverture des procédures de suspension de tout accord de coopération avec le gouvernement de la RDPL".

Le Mouvement Lao pour les Droits de l'Homme salue l'initiative des deux députés et apporte son plein soutien à cette démarche pour que le sort des centaines de civils déjà rapatriés de force et celui des 8.000 réfugiés Lao-Hmongs encore en Thaïlande soient portés d'urgence devant l'Union Européenne et devant le Parlement Européen. Il remercie les élus du PRT pour leur soutien constant au combat pacifique pour la liberté et la démocratie au Laos.

Le MLDH condamne avec force des renvois forcés et demande l'arrêt immédiat de ces extraditions. Il appelle les gouvernements thaïlandais et laotiens à respecter les textes internationaux et à permettre aux représentants des Nations Unies à rencontrer et à interviewer sans délai les 8.000 Lao-Hmongs hébergés dans des camps de la région de Huay Nam Khao, en Thailande (Nord-Est).

Il appelle l'ensemble des donateurs --en particulier l'Union Européenne et ses Etats membres, les Nations Unies, les Etats-Unis, le Japon, l'Australie, l'ASEAN et les Institutions financières internationales-- à agir auprès du gouvernement thaïlandais et auprès des dirigeants du régime laotien afin que cessent immédiatement ces extraditions forcées, et que des réformes en profondeur soient entreprises en vue de restaurer la liberté, la démocratie et la réconciliation nationale au Laos.